Je n’aime pas trop le mot échec… Mais ce mot parle à tout le monde donc je le garde en dépit de toutes ces représentations négatives. Nous verrons ensuite comment le transformer pour une image plus positive.

Face à un échec individuel ou collectif, plusieurs sentiments peuvent apparaitre : déception, colère, honte, injustice, absence de mérite… Cela peut paraître compliqué à gérer tant l’expérience est mal vécue, tant la blessure d’amour propre est profonde et tant l’émotion est grande.

Alors comment gérer cette expérience et toute l’émotion associée ?

Pas si compliqué !! 2 étapes sont nécessaires : tout d’abord créer un espace de parole et ensuite trouver comment utiliser l’expérience pour progresser. Attention, la notion de temporalité rentre en jeu. Le temps reste un outil indispensable à la maturation de l’histoire vécue.

I. L’espace de parole

Place aux mots et place aux émotions. Dans un premier temps, pouvoir parler de ce que nous avons vécu permet de prendre une première distance avec l’événement. Raconter notre histoire, notre expérience, avec notre point de vue, notre sensibilité et toute la résonance qu’elle diffuse en nous. Juste dire ce qu’on a expérimenté, qu’est-ce qui a été difficile à vivre, voir, entendre, comprendre ? Quelle image avons-nous eue de nous à ce moment-là ? De quoi avons-nous eu peur ? Quel a été le regard de l’autre ? Comment ma propre estime a-t-elle été touchée ?

En parler c’est mettre des mots sur les maux, placer l’histoire dans le langage, dans notre langage. C’est classer, ranger, recadrer.

Les émotions vont pouvoir être libérées… Je suis en colère, déçu, dans l’incompréhension, l’impuissance, la douleur, la tristesse, le dégout…Que les émotions puissent s’exprimer, simplement, corporellement ou au travers des mots ou du silence est un point de départ nécessaire, déterminant et révélateur.

Donner une image et une perception à l’émotion permet de la symboliser et de lui constituer des limites. Elle devient beaucoup moins envahissante.

Dans cette espace de parole l’important est l’écoute et la validation de l’expérience par l’interlocuteur : « oui j’entends bien ce que tu me dis et oui je comprends que cela soit difficile pour toi ». Valider dans l’entretien la difficulté de l’expérience est essentiel.

Pour les équipes, il est nécessaire de débriefer de façon individuelle et collective. Ecoute, respect et attention sont des valeurs et critères primordiaux.

A partir de là, nous pouvons y voir beaucoup plus clair !

II. Et maintenant j’en fais quoi ?

C’est le temps de retrouver la maitrise et de se donner du choix. Nous avons subi cette expérience mais maintenant nous sommes à nouveau acteur, leader de notre vie.

Comment tirer profit de cette expérience ? Comment avancer avec ça ? Comment je peux utiliser cette expérience pour grandir ?

Nous retrouvons notre libre arbitre, il nous appartient de choisir. Des options, des envies et des actions surgissent ici et maintenant pour construire nos objectifs de demain.

Pour chaque expérience vécue, une nouvelle clé gagnée pour vivre notre vie. Et cette clé soit elle ouvre soit elle verrouille. Alors les questions à se poser sont : qu’est-ce que je peux faire avec ça ? Qu’est-ce que j’ai envie de faire avec ça ?

La notion de temps entre en jeu. Certaines personnes sentent et ressentent rapidement qu’est-ce qu’elles peuvent créer de nouveau à partir de ça : un appui pour se perfectionner, une analyse constructive, une nouvelle stratégie de réussite… D’autres ont besoin de plus de temps et c’est à respecter. Chacun à sa propre temporalité, son rythme d’assimilation, son harmonie a retrouvé…

Revenons sur le mot échec. Je préfère contre-performance ou simplement erreur. Et à partir de là réfléchir sur toutes les marges de progression possibles à mettre en place.

Un dernier mot… Comment je sais que l’erreur ou la contre perf a été bien gérée ? Tout simplement quand je peux en rire !!!

Ce travail sur la gestion de la contreperformance, de l’erreur doit être effectuée avec un professionnel (psychologue, psychothérapeute, sophrologue, préparateur mental, maître praticien PNL…)

Je reste à votre écoute et vous reçois près de Toulouse, Castres ou Carcassonne pour vous aider à avancer !

« Si tu ne te plantes pas tu ne peux pas pousser !! »

 

La réussite d’une équipe est une alchimie entre les différents talents, les valeurs profondes, les liens forts et imperceptibles entre tous les équipiers et une solide ambition commune.

Le groupe est dépositaire de ses valeurs, et ce sont elles qui lui permettent de ne rien lâcher, de continuer à avancer quoi qu’il en soit, de se respecter et de toujours aller vers l’objectif commun. Le groupe crée alors son identité, singulière et affirmée.

L’argent n’est pas ce que les joueurs ont dans le ventre ni dans leur cœur ! Il permet d’« avoir », mais pas d’« être » ! Et une équipe, pour réussir, a besoin d’être. Être soudée dans toutes les émotions, dans l’expérience, dans ses compétences, dans l’ambition… Soudée au sens le plus large du terme c’est ne faire qu’UN. Et l’argent n’a pas cette propriété-là !

L’argent (avoir) permet de profiter d’un environnement confortable et favorable, d’avoir de jolies transactions, de réunir des compétences et des talents. Mais ces potentiels ne seront actifs et efficaces seulement au sein d’une équipe bien construite et légitime. L’argent ne fait pas de lien dans le groupe, il ne développe pas la communication, il ne réveille pas, n’active pas les valeurs essentielles et fondamentales du groupe… Il ne crée pas, ne fonde pas l’identité de l’équipe.

Prenons l’exemple d’un groupe dans une compagnie de combat au sein de l’armée :

Ces hommes évoluent vers le même objectif avec peu de moyens et dans des conditions souvent très rustiques avec un environnement défavorable. Le critère argent est complètement absent et pourtant nous sommes face à des groupes d’hommes extrêmement unis, fraternels, avec un engagement sans condition, une motivation à 300%. La seule réussite du groupe tient à son identité inébranlable avec des valeurs communes puissantes et des compétences orientées groupe.

La notion de temporalité :

L’identité de groupe se construit au travers du temps. Elle s’élabore, se peaufine, se singularise, s’authentifie en s’appuyant sur toutes les expériences vécues ensemble, sur ce lien tissé au travers du temps …  Le temps, facteur indispensable à la construction du groupe, pour façonner sa fidélité, sa fraternité, sa complicité…Et cette notion de temporalité est incompressible : le groupe a besoin de souvenirs, de vécus, d’expériences multiples. Cette mémoire collective permet à l’équipe de grandir ensemble, de s’intensifier, se fortifier.

Aller dans la même direction : l’ambition commune, posée sur des valeurs-phare, permettra le dépassement de soi dans les bons moments et ceux plus complexes ou plus difficiles. Au fil du temps une identité forte et solide pourra voir le jour, reflétant l’investissement de chacun et ce que chaque équipier a mis au service du groupe (de ses compétences à ses croyances). Les joueurs savent exactement pourquoi ils sont là et le rôle qu’ils ont à tenir. Ils nourrissent le groupe autant que le groupe se nourrit d’eux. Nous pourrons alors apprécier le talent et l’identité de l’équipe, sa raison d’être, incarnée au fil des matchs…

La notion d’argent ne renforce pas la fidélité, le lien, les émotions, la communication, la fraternité, la sincérité, la cohésion, le courage, la force… du groupe.

Alors à toutes les équipes à petit ou moyen budget, créez et montrez-nous VOTRE identité de groupe, c’est elle le VRAI moteur de votre réussite, et c’est elle qui transcendera vos matchs et votre sport !

« Debout les morts ! »
(Devise du 3e RIMa Vannes)

 

L’identité de groupe se travaille en PNL.

L’énergie qu’est-ce que c’est ?

Pour Sugano Shihan, trouver notre énergie intérieure c’est : « c’est un réservoir de ressources dans lequel vous pouvez puiser lorsque vous avez besoin de faire des efforts (mentaux, émotionnels, ou physiques).
C’est la combinaison de multiples aspects (physiologiques, émotionnels, neurologiques) du fonctionnement humain qui crée une sensation de relaxation, de force et de puissance personnelle.»

Son mode d’expression : l’action. C’est dans la dynamique comportementale qu’elle s’extériorise, avec la détermination, la ténacité et la persévérance.

Sa source : la motivation, qui elle-même est nourrie par les valeurs (personnelles, sociales ou de groupe) et par l’ambition.

Alors comment gagner en énergie ?

Éviter les pertes d’énergie et savoir comment se ressourcer

Le premier point : repérer les fuites d’énergie, mettre en évidence et comprendre toutes ces pertes d’énergie. Ce n’est pas la peine de tout faire pour en récupérer si elle doit être gâcher ou partir en fumée ! Notre énergie se perd souvent dans le tourbillon de nos vies. C’est comme si elle s’évaporait, se délitait…

Alors : Qu’est-ce qui me fait perdre de l’énergie ? Qu’est-ce qui est énergivore pour moi ?

Il existe des facteurs externes et internes aux pertes d’énergie :

> L’influence et le rôle de l’environnement :

Notre lieu de vie est-il approprié ? Est-ce vraiment un lieu de repos ? Est-ce qu’il y a des aspects qui sont énergivores pour nous ? (Lieu trop bruyant, conflit avec le voisin, maison inadaptée au mode de vie ou à sa famille…)

Notre travail est-il épanouissant pour nous ? Le rythme, les collègues, le lieu, ce que j’y fais …

Notre groupe social, nos amis, nos engagements… Est-ce qu’ils correspondent à nos attentes, est-ce que les relations et les échanges sont fluides et détendues ?

Notre famille a-t-elle des exigences particulières ? Est-ce qu’il existe des vieux dossiers non traités ? Des conflits non réglés et encore douloureux ?

Avons-nous une bonne hygiène de vie ? (rythme de sommeil, bonne alimentation…)

> L’influence de nos pensées :

Nous ne sommes pas tout le temps notre meilleur ami…Nous nous auto-sabotons par manque de confiance, mauvaise image de soi, maitrise excessive …Le discours intérieur peut revenir en boucle automatique et nous limiter dans nos actions. Les croyances limitantes, l’anxiété et le stress nous mettent dans un état de lutte intérieure épuisant.

Ces fuites d’énergie sont souvent tellement ancrées que nous ne nous en apercevons pas. Pour en prendre conscience, des questions simples peuvent nous aider à repérer les pensées parasites :

– Qu’est-ce qui me coute de l’énergie ?

– Où est-ce que je dépense beaucoup d’énergie inutilement ?

– Qu’est-ce qui me tracasse ?

– Est-ce justifié que cela prenne autant de place ?

– Qu’est-ce qui me gêne dans telle situation ou relation ?

– Quelle situation, personne, lieu, ambiance absorbe mon énergie ?

Le deuxième point : bien se connaître pour repérer qu’est-ce qui nous met en énergie et comment se ressourcer.

> Réfléchir sur nos valeurs ressources et connaître nos réelles motivations dans la vie sont deux points essentiels pour nourrir notre énergie. Nos valeurs dictent notre ligne de conduite.C’est parce que nous souhaitons les respecter, être au plus proche d’elles que notre motivation et notre ambition sont engagées. Le besoin de la réalisation de soi, de notre propre accomplissement vient chercher la quintessence de notre énergie ,une énergie extrêmement intime.

L’énergie sert alors une dynamique comportementale pour atteindre un objectif. Savoir où nous devons aller, vers quoi nous aspirons sont des notions aussi indispensables. Objectif = savoir où on va et pourquoi.

Valeurs, volonté et ambition nourrissent la motivation.

Voici un outil pour connaître nos valeurs-phare

> Comment se ressourcer ?

A ce niveau aussi il est important d’apprendre à se connaître et repérer quelles actions sont bénéfiques pour soi pour retrouver de l’énergie.

Qu’est-ce qui me met en forme ?

La relaxation, la méditation et toutes les pratiques de prise de conscience corporelle (yoga, qi gong, méditation de peine conscience, cohérence cardiaque…) permettent une concentration mentale et un vrai relâchement des tensions.

Chacun à ses propres centres d’intérêt ludiques, distrayants, passionnants qui permettent de se ressourcer, de faire le vide, de penser à autre chose, de mettre de la distance avec les contrariétés : sport, balades, musique, chant, peinture, cuisine, sorties entre amis… Lister ce qui nous fait du bien et prendre ce temps là pour soi, créer cet espace ressource en énergie.

Avoir la capacité de se ressourcer est aussi une clef dans la gestion de l’énergie.

En résumé, la gestion de l’énergie intérieure passe par 4 sésames :

– Prendre conscience des fuites d’énergie.

– Connaître nos valeurs-phare.

– Fixer nos ambitions et aller vers notre accomplissement.

– Connaître nos espaces ressources.

Je vous propose de vous accompagner que vous soyez sur Carcassonne, Toulouse, Narbonne…

 

 

La Programmation neuro linguistique offre une approche complète à la préparation mentale grâce à une communication perspicace et fine et des outils efficaces et puissants. Elle permet un accompagnement global de la personne et/ou du groupe ainsi qu’un développement pérenne et harmonieux.

Qu’est-ce qu’on travaille en PNL ?

Les ancrages

Une ancre permet d’associer un stimulus (interne ou externe) à une réaction (action, comportement,sentiment, émotion…). Le stimulus déclenche toujours la même réponse.

Par exemple : s’arrêter au feu rouge en voiture ou encore se sentir réconforté par la douce odeur d’un gâteau au chocolat…

Le but et l’utilité en prépa mentale : créer une sélection d’états ressource, des automatismes comportementaux, accéder à la fluidité et à sa zone de performance.

– Créer des réponses spécifiques et automatiques : gérer le stress, le sommeil, ré-accéder à un savoir cognitif, se concentrer, être en confiance, rentrer de suite et de façon opérationnelle dans la compétition…

– Gagner en rapidité d’exécution.

– Pouvoir faire des switch d’état interne nécessaires et indispensables dans la gestion de l’erreur afin de revenir de suite dans le jeu.

– S’enrichir des expériences précédentes, transférer, importer des apprentissages, tendre vers l’excellence.

– Mais aussi comprendre les états limitants, leur origine, et neutraliser une expérience négative.

La visualisation

La visualisation c’est imaginer et développer une image mentalement de façon associé (je vis la scène, je suis dans mon personnage), dissocié (je me regarde en train de faire) ou en double dissociation (je me regarde en train de me regarder faire quelque chose… C’est clair ??). Pour que l’image soit le plus riche possible avec une représentation très détaillée, le VAKOG est utilisé (représentations visuelles, auditives, kinesthésiques, olfactives et gustatives).

Le but et l’utilité en prépa mentale : développer la concentration, aller chercher le détail qui fera la différence, renforcer les objectifs (contextes, évaluations), trouver des solutions, s’adapter, prendre du recul…

– Utilisation des cadres de contraste entre 2 images pour passer de l’état présent à l’état désiré, chercher le détail (l’élément, la particularité) pour gagner en efficacité… Ou encore pour limiter l’impact d’une expérience décevante ou d’un traumatisme…

– Développer les différents temps de concentration : la stratégie, l’analyse, la planification, l’évaluation avec la prise de recul, la concentration sur soi pour s’isoler, se centrer, et la concentration pendant l’action pour un geste parfait…

– Fortifier les automatismes comportementaux, développer les routines.

Les stratégies

Une stratégie est une séquence d’opérations qui s’appuie sur des représentations sensorielles (internes et externes) initiée par un déclencheur pour obtenir un résultat. Automatiques et inconscientes, elles sont déterminantes pour la réussite de l’objectif.

Le but et l’utilité en prépa mentale : comprendre nos stratégies, notre fonctionnement et agir pour l’optimiser.

– Prendre conscience de nos fonctionnements efficients, c’est-à-dire ceux qui nous permettent de réussir à réussir et ceux qui nous permettent de réussir à échouer (c’est toujours clair ??).

– Modifier notre système de stratégie, en concevoir de nouveaux et les adopter.

Plus on s’entraine à cela (changer de perception, d’angle d’approche) plus on s’adapte vite, plus on trouve rapidement des solutions.

Formulation d’un objectif

Le but et l’utilité en prépa mentale : l’objectif est soumis aux 5 critères d’évaluation des croyances de la personne.

Il est donc plus poussé, plus complet, il prend en compte la dimension affective et psychique de la personne et en particulier ses croyances soutenantes et limitantes.

Mon objectif est-il désirable ? Atteignable ? Ecologique ? Ainsi que les comportements qui en découlent ? Est-ce que je le mérite ? Est-ce que j’en suis capable ?

La PNL va chercher et révéler des nouvelles possibilités, elle met en place un processus évolutif : les blocages, les freins ou les indécisions se relâchent ou cèdent de façon naturelle.

La communication

Le but et l’utilité en prépa mentale : donner le vrai sens aux mots donc avoir une communication et une relation à l’autre claire et efficace.

– Comprendre le feedback et savoir en donner.

– Savoir écouter, apprendre l’assertivité.

– Être clair sur nos besoins, savoir les exprimer.

– Gérer ses émotions, mettre des mots sur les maux…

– Connaître et comprendre nos filtres.

– Développer l’identité de groupe, la place des leaders, les valeurs communes, la cohésion, écrire l’histoire ensemble…

La confiance en soi

Tout le socle en fait : la confiance en soi (est-ce que je crois en moi ?) l’estime de soi (quelle valeur je me porte ?) et l’image de soi (quelle représentation j’ai de moi ?)

Le but et l’utilité en prépa mentale : développer, renforcer, fortifier confiance, estime et image de soi, indispensable à la réussite et l’épanouissement de la personne.

-Travail sur les croyances limitantes et ressources, les reconstitutions d’histoire personnelle, les blocages.

-Connaitre la hiérarchisation de ses critères et ses valeurs, renforcer sa motivation pour qu’elle soit durable.

-Travail sur la ligne de temps et ligne de vie : savoir regarder le passé, profiter du présent et être capable de se projeter de façon ambitieuse et sereine vers son futur.

-Développer la créativité, trouver ses mentors, utiliser des métaphores pour créer d’autres perspectives, d’autres espaces, ouvrir le champ des possibles, renforcer les acquis…

Plus on s’entraine à cela, plus notre confiance grandit et s’enracine.

Modélisation de la performance

Tout comportement, dans son domaine d’excellence, peut être modélisé.

Le but et l’utilité en prépa mentale : Créer un modèle de performance pour un comportement donné.

– Modéliser les savoir-faire d’un expert, entrer sur le territoire de l’excellence.

– S’auto-modéliser.

– La PNL s’appuie sur un état interne de forte intensité, sur les critères nécessaires, le méta-programme, les opérateurs modaux engagés… Tout est détaillé, examiné, analysé et testé pour entrer sur ce territoire de performance.

La PNL excelle dans ce domaine !

L’accompagnement personnel

Le but et l’utilité en prépa mentale : le bien être pour un athlète heureux et épanoui, pour un groupe soudé et respectueux.

– La PNL permet une écoute fine, respectueuse et sans parti pris. Elle amène à trouver ses propres réponses, ses propres solutions, à ouvrir les choix dans les comportements.

– Elle considère la personne dans toute sa singularité : chacun est unique, chacun à ses propres besoins, ses propres objectifs, sa propre histoire à construire…

Je peux vous accompagner que vous soyez sur Castres, Carcassonne, Narbonne, Toulouse

 

 

Savoir poser un objectif, dans le travail, le sport ou sa vie personnelle

Pour réussir à atteindre nos objectifs, il est primordial de les poser d’une certaine façon.

Poser un objectif = l’énoncer avec les bons mots + la bonne manière.

Je trouve essentiel de clarifier cette notion de formulation d’objectif car toute la suite va en découler : mise en place des actions, respect des délais, constance dans la motivation, concentration dans le travail à réaliser…

Souvent mal posés les objectifs ne sont pas atteints et généralement de façon incompréhensible ! On se dit « mais pourtant je le voulais vraiment ! » Oui le vouloir est fondamental mais ce n’est pas suffisant !

Prendre le temps de poser un objectif assure sa réussite.

Alors comment faire ?

– Il doit répondre à 5 critères :

  1. Être affirmé de façon positive.
  2. Ne dépendre que de soi.
  3. Être contextualiser.
  4. Être évaluable.
  5. Être écologique.

– Et il doit valider 4 croyances :

  1. Est-ce que je le désire ?
  2. Est-ce que c’est possible ? Est-ce qu’il est atteignable ?
  3. Est-ce que j’en suis capable ?
  4. Est-ce que je le mérite ?

Je vous explique plus en détail ces 9 points essentiels :

Affirmer de façon positive

La phrase énonçant l’objectif doit être de style affirmatif. Pas de négation dans la formulation et utiliser une orientation « aller vers » plutôt qu’« éviter de ».

Exemple : « je ne veux pas être intimidé lorsque je parle en public » —> « je veux parler en public avec aisance ».

« Je veux arrêter de fumer » (éviter de) —> « je veux avoir une bonne santé » (aller vers).

Le choix des mots est important aussi, il faut qu’ils soient porteurs pour vous, qu’ils sous-entendent des critères et des valeurs motivantes (bonne santé = dynamisme, énergie, vitalité, capacité …/ aisance= détente, joie, facilité, naturel).

Les mots utilisés ont une représentation sensorielle personnelle unique. Si je parle de confiance, certains vont la ressentir comme une grande stabilité, d’autres auront l’image d’une montagne, l’odeur d’un parfum ou une expérience de vie plus complexe …

Donc tant qu’à faire, autant utiliser des mots qui ont un sens fort et influent positivement pour nous.

Ne dépendre que de soi

Vous devez être l’unique responsable de votre objectif ! Vous êtes le seul à détenir les clefs de votre réussite.

Prenons un exemple : « je veux être le meilleur à cette compétition » ou « je veux finir premier ». Cela dépend de votre performance mais aussi de celle des autres. Donc l’objectif reste aléatoire et non maitrisable. A la place une formulation comme : « Pour cette compétition, je veux être plus performant que la dernière fois (courir plus vite, marquer plus de buts, de points…) » ou « je veux obtenir le meilleur classement que je puisse avoir à cette épreuve ».

Il faut rechercher une comparaison moi /moi et non moi/autre(s). Cela permet aussi de travailler « l’après épreuve », de mettre en place nos axes de progressions et une réelle dynamique dans notre développement personnel.

Être contextualisé

L’objectif doit appartenir à un contexte précis : Où ? Quand ? Avec qui ? …

Plus il y a de détails dans la représentation sensorielle (je vois, j’entends, je sens qu’à ce moment spécifique…) plus le contexte est explicite : Il n’y a pas de doute, c’est à ce moment-là que j’atteindrai mon but. La question à se poser : « A quel moment je saurai que j’ai atteint mon objectif ? ».

Vous l’aurez compris, les généralisations n’ont pas leur place lorsqu’on formule un objectif.

Exemple d’une généralisation : « Je veux être plus fort » Où ? Quand ? Avec qui ? Quand tu fais quoi ? Plus fort que quoi ? Plus fort que qui ? …

Être évaluable

Nous devons pouvoir évaluer si nous nous rapprochons de notre objectif ou si nous nous en éloignons. Les différentes étapes doivent donc être définies et claires. Une grille ou échelle d’évaluation est nécessaire pour savoir où nous en sommes.

 

Être écologique

Atteindre notre objectif doit être bénéfique pour tout notre être, dans le respect et la bienveillance. Notre sphère psychique ou environnementale ou affective ne doit pas en subir des conséquences négatives. Les comportements qu’il va engendrer doivent eux aussi être avantageux pour nous. Il y a peut-être des inconvénients à atteindre l’objectif ? Quels sont-ils ? Prenez le temps de les explorer. Réussir à atteindre mon but doit me donner un bénéfice global.

Après avoir vérifié ces 5 critères, nous allons explorer les croyances liées à l’objectif. La série de question est simple et rapide. Cela permet d’expertiser le sens de cet objectif pour nous. Nous répondons sur une échelle d’évaluation de 1 à 5 (1= pas du tout / 5 = absolument).

Est-ce que je le désire ?

Cela parait simplet comme question, mais il est primordial de le confirmer !

Est-ce que c’est possible ? Est-ce qu’il est atteignable ?

L’objectif doit être réaliste et réalisable.

Est-ce que j’en suis capable ?

Sous-entendu est-ce que j’ai suffisamment confiance en moi pour réussir ? Et est-ce que j’en ai les capacités ?

Est-ce que je le mérite ?

Est-ce que c’est ma place ?

Sous-entendu est-ce que je suis légitime ?

Cette dernière série de questions permet de mettre à jour des croyances limitantes, des espaces de doutes ou d’anxiété en nous, de la démotivation, des contraintes et des obstacles internes, un manque de confiance ou de légitimité, une image de soi négative ou une estime de soi confuse.

La lumière sur ces croyances donne accès à plus de profondeur, plus de raison d’être de l’objectif. C’est déjà une très belle avancée de prendre conscience et de verbaliser ces blocages. Pour aller plus loin, Il est souvent nécessaire de les travailler en entretien de coaching ou avec des exercices de PNL.

Pour finir je vous propose de télécharger cette petite fiche récapitulative afin de vérifier si votre objectif est bien formulé.

 

Téléchargez maintenant l’outil PDF pour poser votre objectif


La pensée alliée audacieusement à un but ambitieux
devient une force créatrice.

James Allen

 

Petit rappel : un objectif qu’est-ce que c’est ? 

« But, résultat vers lequel tend l’action de quelqu’un, d’un groupe » (Larousse).

L’objectif, c’est un état désiré.

Et le boulot ? Ça va ?

Bof… J’en ai marre… J’ai fait le tour… Je ne m’y retrouve plus… J’ai passé l’âge…! J’ai plus envie… Ça ne m’apporte plus rien… Je ne suis plus fait pour ça… J’ai besoin d’autre chose…

Vous vous retrouvez peut-être dans l’une de ces situations, alors la suite peut vous intéresser !

Dans cet article, je vous propose quelques pistes de réflexions ainsi que les différentes étapes pour construire votre nouveau projet.

Le changement professionnel, voulu ou imposé, se pense, se réfléchit et se construit.

Pour le réussir, cela nécessite une succession d’étapes exigeantes.

Être épanoui dans son travail permet de développer ses capacités et ses compétences professionnelles. Mais cela va bien au-delà ! L’épanouissement nous apporte bien être, santé, équilibre psychique. Notre motivation et notre énergie sont sans cesse renouvelées. Nous ne sommes plus dans l’effort d’accomplir une tâche mais dans le plaisir !

Les étapes

1. Faire le point sur sa situation actuelle

Avant de savoir où aller, il faut savoir d’où nous partons !

– Est-ce que j’aime toujours mon travail ?

– Est-ce que tout cela me correspond encore ? Lieu de travail, environnement, type de travail, salaire, horaires, investissement physique, psychique, émotionnel, temps de repos, planning, collègues, temps de transport…

– Est-il épanouissant pour moi ou plutôt énergivore ?

– Est-ce que ce sont les conditions du métier que je veux faire évoluer (l’environnement dans lequel je travaille) ou le cœur même de mon métier (changer de métier) ?

2. Aujourd’hui, qu’est-ce que je veux professionnellement ?

Trouver sa voie

Fermer les yeux, prenez un peu de temps… Respirez tranquillement… Imaginez-vous dans le cadre de travail idéal pour vous, le plus agréable, le plus porteur, le plus propice à vous faire évoluer vers ce que vous souhaitez le plus… Celui qui vous correspond le plus …

Quel est-il ?

Où vous trouvez vous ?

Qu’est-ce que vous êtes en train de faire ? Avec qui ? Où ? Comment ?

Et comment vous vous sentez dans cet instant ?

Contextualisez ce moment dans les moindres détails, chacun d’eux compte.

Ecrivez-le pour ne rien oublier.

3. Un petit point sur les valeurs

Les valeurs moteurs (valeur morales), source d’énergie !

A quoi vous marchez ? Qu’est-ce qui vous met en énergie dans la vie ?

Ces valeurs-là doivent pouvoir s’exprimer dans votre vie, c’est une condition essentielle au bonheur. Et quand elles peuvent être nourries dans la profession c’est un gage de réussite professionnelle

(Vous pouvez faire l’outil valeur pour vous aider à bien les identifier)

Téléchargez maintenant l’outil PDF pour trouver vos valeurs 

Être en accord avec ses valeurs, les bénéfices :

Augmentation de la motivation,

Facilité d’action, fluidité,

Facilité de prise de décision,

Les objectifs de vie sont plus facilement atteints,

Moins de conflits internes,

Plus de logique dans les décisions,

L’accès au bonheur, à l’équilibre, aux meilleurs choix de vie.

Bref, vous partez au travail heureux et vous passez une journée professionnelle efficace et efficiente !

4. A partir de là, vous savez dans quelle direction orienter votre changement

Et des étapes plus ou moins longues vont se définir. Notez-les.

Quel est ou quels sont mes objectifs à court, moyen et long terme ?

Quelles actions je dois mettre en place ? Dans quel délai ?

De quoi j’ai besoin ?

Quels sont les obstacles ?

Quels sont mes atouts, mes équipiers, mes alliés ?

Quelles compétences j’ai déjà et quelles sont celles que je dois acquérir ?

Quels sont mes choix ? Les différentes possibilités ?

Quel est mon plan B ?

Ce travail demande du temps, de la disponibilité intellectuelle, de l’organisation ainsi que la prise en compte de notre ressenti.

Je reste à votre disposition si vous souhaitez échanger avec moi sur ce thème, n’hésitez pas à prendre contact !

Pour finir je vous laisse cette fable du casseur de pierres… A méditer !

La fable du casseur de pierres… ou du bâtisseur de cathédrale

« En se rendant à Chartres, Charles Péguy aperçoit sur le bord de la route un homme qui casse des cailloux à grands coups de maillet. Les gestes de l’homme sont empreints de rage, sa mine est sombre. Intrigué, Péguy s’arrête et demande :
– « Que faites-vous, Monsieur ? »
– « Vous voyez bien », lui répond l’homme, « je casse des pierres ». Malheureux, le pauvre homme ajoute d’un ton amer : « J’ai mal au dos, j’ai soif, j’ai faim. Mais je n’ai trouvé que ce travail pénible et stupide ».
Un peu plus loin sur le chemin, notre voyageur aperçoit un autre homme qui casse lui aussi des cailloux. Mais son attitude semble un peu différente. Son visage est plus serein, et ses gestes plus harmonieux.
– « Que faites-vous, Monsieur ?», questionne une nouvelle fois Péguy.
– « Je suis casseur de pierre. C’est un travail dur, vous savez, mais il me permet de nourrir ma femme et mes enfants. »
Reprenant son souffle, il esquisse un léger sourire et ajoute : « Et puis allons bon, je suis au grand air, il y a sans doute des situations pires que la mienne ».
Plus loin, notre homme, rencontre un troisième casseur de pierre. Son attitude est totalement différente. Il affiche un franc sourire et il abat sa masse, avec enthousiasme, sur le tas de pierre. Pareille ardeur est belle à voir !
« Que faites-vous ? » demande Peguy
« Moi, répond l’homme, je bâtis une cathédrale ! »

La fable des casseurs de pierres est attribuée à Charles Péguy.