Et le boulot ? Ça va ?

Bof… J’en ai marre… J’ai fait le tour… Je ne m’y retrouve plus… J’ai passé l’âge…! J’ai plus envie… Ça ne m’apporte plus rien… Je ne suis plus fait pour ça… J’ai besoin d’autre chose…

Vous vous retrouvez peut-être dans l’une de ces situations, alors la suite peut vous intéresser !

Dans cet article, je vous propose quelques pistes de réflexions ainsi que les différentes étapes pour construire votre nouveau projet.

Le changement professionnel, voulu ou imposé, se pense, se réfléchit et se construit.

Pour le réussir, cela nécessite une succession d’étapes exigeantes.

Être épanoui dans son travail permet de développer ses capacités et ses compétences professionnelles. Mais cela va bien au-delà ! L’épanouissement nous apporte bien être, santé, équilibre psychique. Notre motivation et notre énergie sont sans cesse renouvelées. Nous ne sommes plus dans l’effort d’accomplir une tâche mais dans le plaisir !

Les étapes

1. Faire le point sur sa situation actuelle

Avant de savoir où aller, il faut savoir d’où nous partons !

– Est-ce que j’aime toujours mon travail ?

– Est-ce que tout cela me correspond encore ? Lieu de travail, environnement, type de travail, salaire, horaires, investissement physique, psychique, émotionnel, temps de repos, planning, collègues, temps de transport…

– Est-il épanouissant pour moi ou plutôt énergivore ?

– Est-ce que ce sont les conditions du métier que je veux faire évoluer (l’environnement dans lequel je travaille) ou le cœur même de mon métier (changer de métier) ?

2. Aujourd’hui, qu’est-ce que je veux professionnellement ?

Trouver sa voie

Fermer les yeux, prenez un peu de temps… Respirez tranquillement… Imaginez-vous dans le cadre de travail idéal pour vous, le plus agréable, le plus porteur, le plus propice à vous faire évoluer vers ce que vous souhaitez le plus… Celui qui vous correspond le plus …

Quel est-il ?

Où vous trouvez vous ?

Qu’est-ce que vous êtes en train de faire ? Avec qui ? Où ? Comment ?

Et comment vous vous sentez dans cet instant ?

Contextualisez ce moment dans les moindres détails, chacun d’eux compte.

Ecrivez-le pour ne rien oublier.

3. Un petit point sur les valeurs

Les valeurs moteurs (valeur morales), source d’énergie !

A quoi vous marchez ? Qu’est-ce qui vous met en énergie dans la vie ?

Ces valeurs-là doivent pouvoir s’exprimer dans votre vie, c’est une condition essentielle au bonheur. Et quand elles peuvent être nourries dans la profession c’est un gage de réussite professionnelle

(Vous pouvez faire l’outil valeur pour vous aider à bien les identifier)

Téléchargez maintenant l’outil PDF pour trouver vos valeurs 

Être en accord avec ses valeurs, les bénéfices :

Augmentation de la motivation,

Facilité d’action, fluidité,

Facilité de prise de décision,

Les objectifs de vie sont plus facilement atteints,

Moins de conflits internes,

Plus de logique dans les décisions,

L’accès au bonheur, à l’équilibre, aux meilleurs choix de vie.

Bref, vous partez au travail heureux et vous passez une journée professionnelle efficace et efficiente !

4. A partir de là, vous savez dans quelle direction orienter votre changement

Et des étapes plus ou moins longues vont se définir. Notez-les.

Quel est ou quels sont mes objectifs à court, moyen et long terme ?

Quelles actions je dois mettre en place ? Dans quel délai ?

De quoi j’ai besoin ?

Quels sont les obstacles ?

Quels sont mes atouts, mes équipiers, mes alliés ?

Quelles compétences j’ai déjà et quelles sont celles que je dois acquérir ?

Quels sont mes choix ? Les différentes possibilités ?

Quel est mon plan B ?

Ce travail demande du temps, de la disponibilité intellectuelle, de l’organisation ainsi que la prise en compte de notre ressenti.

Je reste à votre disposition si vous souhaitez échanger avec moi sur ce thème, n’hésitez pas à prendre contact !

Pour finir je vous laisse cette fable du casseur de pierres… A méditer !

La fable du casseur de pierres… ou du bâtisseur de cathédrale

« En se rendant à Chartres, Charles Péguy aperçoit sur le bord de la route un homme qui casse des cailloux à grands coups de maillet. Les gestes de l’homme sont empreints de rage, sa mine est sombre. Intrigué, Péguy s’arrête et demande :
– « Que faites-vous, Monsieur ? »
– « Vous voyez bien », lui répond l’homme, « je casse des pierres ». Malheureux, le pauvre homme ajoute d’un ton amer : « J’ai mal au dos, j’ai soif, j’ai faim. Mais je n’ai trouvé que ce travail pénible et stupide ».
Un peu plus loin sur le chemin, notre voyageur aperçoit un autre homme qui casse lui aussi des cailloux. Mais son attitude semble un peu différente. Son visage est plus serein, et ses gestes plus harmonieux.
– « Que faites-vous, Monsieur ?», questionne une nouvelle fois Péguy.
– « Je suis casseur de pierre. C’est un travail dur, vous savez, mais il me permet de nourrir ma femme et mes enfants. »
Reprenant son souffle, il esquisse un léger sourire et ajoute : « Et puis allons bon, je suis au grand air, il y a sans doute des situations pires que la mienne ».
Plus loin, notre homme, rencontre un troisième casseur de pierre. Son attitude est totalement différente. Il affiche un franc sourire et il abat sa masse, avec enthousiasme, sur le tas de pierre. Pareille ardeur est belle à voir !
« Que faites-vous ? » demande Peguy
« Moi, répond l’homme, je bâtis une cathédrale ! »

La fable des casseurs de pierres est attribuée à Charles Péguy.